L'esprit scientifique 

mise à jour : le 14 août 2017

« Ce qui s'oppose à la vérité, ce n'est pas une autre vérité, mais l'erreur. »

(AZ, La maison jaune, L'âge d'homme, 1982)Texte écrit également entre 2010 et 2012 sur wikipédia, puis déménagé sur wikirouge en 2014 et ici en 2017. Il fait suite à la démystification de wikipédia comme défenses et solutions au laisser-faire communaliste autogéré. On trouve cette dernière dans la cession « charlatanisme » : Cependant, il peut se lire indépendamment.

cr?IG=A66112F663DB4707B5628FA3490967BA&C

Entretien avec

« Ce serait la mort de la science que de rompre les relations qui existent entre les différentes sciences. »

commentaire facebook

Henri Wallon

« Comprendre, ce n'est pas créer. Mais c'est fournir à ceux qui font avancer la science le substrat humain qui permet le progrès. »

commentaire facebook

Aperçu : méthode scientifique type historique

Sur les articles du communisme, de son histoire et celle des pays communistes en général, Je ne fais que montrer un petit et minuscule grain de quartz. Mais, pour notre société occidentiste, être amoral et objectif, est un mal.

« Il est urgent de renoncer à tout vocabulaire moralisateur et de se consacrer au patient examen des sources disponibles, en élargissant les perspectives et en variants les angles de prises de vue. En un mot : faire de l'histoire et uniquement de l'histoire... » (Pierre Briant)

j'appose, donc contre l'histoire "reconnue" et subjective, ce petit grain de quartz qui n'a pas été remarqué ou sciemment oublié lors de l'observation des milliers de lames minces d'un même bassin faite par les historiens sous l'influence des phénomènes hégémoniques de notre société dont l'idéologie de l'occidentisme. Les résultats faussés sont donc repris comme tel par les wikiens par jugement idéologique.

Or,

 « la réalité ne se réduit pas aux apparences, et qu'à s'en tenir aux apparences, à ce qui nous frappe immédiatement et directement on peut se fourvoyer. L'erreur mise en scène dans ce récit est-elle courante ? Selon, Marx, loin d'être une exception, elle est typique dont la plupart des gens appréhendent la réalité dans notre société. S'appuyant sur ce qu'ils voient, entendent et touchent dans leur environnement immédiat - empreintes de toutes sortes -, ils en tirent des conclusions qui sont dans bien des cas l'exact opposé de la vérité » (Bertell Ollman)

Ce minuscule et unique grain de quartz d'une unique lame mince détruit toute l'histoire des milliers d'autres lames minces (micro et millimétrique) du même bassin (kilométrique).

Par conséquent, l'observation stricte de millier de lames minces, comme les wikiens sous influences et les historiens romanesques le font, ne suffit pas. Le Bassin est ainsi à regarder en son entier, puis revenir aux lames minces et vis-versa. Abstraire ou Classifier de telle façon que l'histoire du Bassin observé dans les lames minces soit significative et représentative de l'histoire du Bassin global.

L'erreur qui est ainsi évitée est de plaquer un système logique sur la réalité au risque de faire rentrer celle-ci de force dans le moule forgé par l'esprit[1]. La science est une activité essentiellement humaine, non l'accumulation mécanique, automatique d'information objectives qui conduirait, grâce aux lois de la logique, à des conclusions inévitables[2]. Par conséquent, les nouvelles connaissances de l'objet d'étude ne viennent pas directement de l'observation, ni de l'expérience (l'empirisme), mais des jugements logiques dans le cadre d'une théorie donnée ou nouvellement développés[3].

  1. Pascal Charbonnat, Histoire des philosophies matérialistes, Syllepse, 2007, p. 399 
  2.  in Darwin et les grandes énigmes de la vie (1977), Stephen Jay Gould (trad. Daniel Lemoine), éd. Points, coll. Sciences, 2001, chap. 20, p. 173
  3. in Foundations of the logical theory of scientific knowledge (Complex Logic), Alexandre Zinoviev, éd. Reidel Publishing Company, 1973, partie editorial introduction, p. VIII (citation de la partie Logical and Physical implication, p.91 in Problems of the Logic of Scientific Knowledge (1964))

Quésako : Pensée petite-bourgeoise et Pensée scientifique

Depuis quelques temps, je suis attaqué par deux personnalités qui effacent systématiquement ce que je note dans les articles sous prétexte que c'est littéralement médiocre, du mauvais français, un style personnelle, sources secondaires, sources non-univertaires bien qu'issu des universitaires... ce qui sous entend est ce que j'écris est "idéologiquement dangereux" au nom de je ne sais quelle bonne conscience. J'ai surnommé ainsi la demoiselle d'exterminatrice, d'éliminatrice de par cette attitude analogue aux staliniens que je nomme attitude communiste; puis de son mentor d'idéologue puisque ses résultats dans une français littéraire digne du prix Goncourt sont subjectifs, or, les écrits qui se disent scientifiques ou philosophique voulant aller à la subjectivité est ce que je nomme science petite-bourgeoise et pensée petite-bourgeoise. Ils n'ont véritablement pas aimés.

Cependant tout est de ma faute puisque dans les discussions des articles communistes, marxistes, khmer rouge j'avais anticipé contre tout ce qui allait tendre aux conclusions subjectives. A savoir que cette finalité va à l'anticommunisme, à l'antimarxisme, à l'antimatéralisme. C'est comme si l'article Juif se construisait de la sorte tendant ainsi à des conclusions antisémites avec des faits et événements réels et parfaitement sourcés. C'est ce que mes deux compères voulaient insinuer jovialement avec leurs sources universitaires. Ils ont ainsi perdu leurs gaités et se sont sentis insulter.

Or, ce qu'elle considère comme insulte, c'est à dire ma dénonciation de la pensée petite-bourgeoise et d'attitude communiste, n'est que son jugement personnel.

Dans ce que j'ai écrit je parle également à tous les internautes, wikipédien ou non. D'après Le communisme comme réalité, dont la cible ne sont pas seulement les communistes post-féodaux comme les idéologues tendent à le faire mais à tout individu qui ont cette attitude, ce que j'entends alors par idéologues ou pensées petite-bourgeoises ou pensées antiscientifiques ou la science petite-bourgeoise ou l'esprit-antiscientifique ou attitude communiste vue comme des insultes par opposition à la pensée scientifique et matérialiste, la science, l'esprit scientifique :


  • « D'un point de vue petit-bourgeois quelque chose de normal et naturel est "quelque chose" de bien. ce type de pensée ne fait pas de différence entre l'appréciation subjective des phénomènes et leur qualités objectives. »
  • « L'homme qui pense en petit bourgeois remarque les faits directement observables et en tire aussitôt sans la moindre analyse des généralisations hâtive. Ses jugements sont subjectifs, c-à-d, qu'ils portent la marque de ses penchants personnels »
  • « L'homme qui pense en scientifique cherche non seulement à constater les faits, mais, également à les analyser en tenants compte de leur hasard ou de leur nécessité, il tâche d'en analyser les lois que l'observation immédiate ne discerne pas et d'éliminer l'influence de ses propres penchants sur les résultats de ses réflexions. »
  • « La pensée petite-bourgeoise prétend voir ses résultats directement confirmés par les faits observables. La pensée scientifique au contraire sait que ses résultats ne coïncident pas directement avec les faits observables. Ils ne fournissent que des moyens à l'aide desquels on peut expliquer les faits concrets et les prédire. »
  • « Le petit-bourgeois est enclin à faire passer ce qu'il ressent pour la vérité. »
  • « Il m'est fréquemment arrivé de me heurter à des conclusions qui, bien que faites par des gens cultivés, n'en étaient pas moins monstrueuses d'absurdité. » C'est ce que je nomme des imbéciles intelligents c'est à dire non-idiot. Moi, c'est tout le contraire.
  • « Cette façon qu'ont les esprits petits-bourgeois de confondre leurs appréciations subjectives avec la situation objective va tellement loin que la majorité des notions utilisés dans les conversations roulant sur des problèmes sociaux ont actuellement perdu leur caractère scientifique pour devenir de simples expressions d'estimation. »
  • « L'esprit petit-bourgeois considère la vie des autres comme s'il se trouvait dans leur situation, transposant sur eux son attitude, ses critères de jugement, ses sentiments. »
  • « La science suppose l'utilisation d'une terminologie réfléchie, précise, qui ne laisse place à aucune ambiguïté. L'idéologie suppose au contraire l'utilisation de termes insensés, vagues, équivoques. La terminologie scientifique n'a pas besoin d'être analysée, interprétée. La phraséologie idéologique doit-être commentée, comparée, repensée. Les affirmations scientifiques supposent qu'on puisse à tout moment les confirmer, les réfuter, voire même dans le cas extrêmes, reconnaître leur caractère insoluble. L'absurdité des propositions idéologiques fait qu'on ne peut ni les réfuter ni les confirmer. »
  • « La science actuelle ne se préoccupe pas seulement de rechercher la vérité. Sa part d'esprit scientifique, lequel ne ressemble nullement à la science telle qu'on la conçoit communément, est loin d'égaler celle d'un esprit antiscientifique hostile au premier, mais apparemment bien plus scientifique que lui. L'esprit scientifique produit des abstractions, l'esprit antiscientifiques les détruits sous-prétextes qu'elles ne tiennent pas compte de tel ou tel facteur. L'esprit scientifique établit des notions rigoureuses, l'esprit antiscientifique, sous prétexte d'englober la multiplicité du réel, leur confère des sens divers. L'esprit scientifique évite d'utiliser les moyens dont il peut se passer. L'esprit antiscientifique fait feu de tout bois. L'esprit scientifique cherche à simplifier et à clarifier. L'esprit antiscientifique embrouille et complique. L'esprit scientifique s'efforce de banaliser ce qui parait insolite. L'esprit antiscientifique vise au sensationnel et aime entourer de mystère les phénomènes les plus ordinaires. Au début, l'un et l'autre (sous d'autres nom, bien sûr), peuvent être considérés comme parts égales d'une même science, mais bientôt l'esprit antiscientifique prend le dessus, exactement comme ces mauvaises herbes qui étouffent les plantes qu'on oublie de sarcler. »

Il est plus que certain que cela plaît à peu de personne, surtout pas à la majorité de l'intelligentsia et des spécialistes les plus médiatisés, les plus dans le vent.

Par ailleurs, pour reprendre Jules Guesdes :

« ... contre nos conclusions collectivistes ou communistes, il est plus facile de trouver des juges et des geôliers que des arguments. ». 

Or, 90% des sources sur le sujet sont ceux des juges et geôliers qui peuvent être aussi marxistes et communistes. Ainsi, 90% des sources sont des critiques qui tendent à la subjectivité ou qui ne veulent pas aller jusqu'au bout de l'objectivité vers l'immanence.

Mais, les sources que j'utilise de façon matérialiste et scientifique, dont les sources directes comme les textes de Marx, sont considérés comme secondaires, non-universitaires c'est à dire idéologiquement dangereuses. En effet, elles ne correspondent pas aux vents politico-médiatique du moment, à la pensée dominante et hégémoniques des universitaires médiatiques.

Ce n'est pas parce que le socialisme de même que le marxisme ont fait beaucoup de bruit au XIX dans la société pour l'un et dans les universités d'après guerre pour l'autre qu'ils englobent de façon hégémonique la société et les universités.

 Même si elles dominent comme le prolétariat en masse domine sur la bourgeoisie (dont l'aristocratie) plus restreinte, le socialisme et le marxisme n'ont jamais été hégémonique dans la société et les universités, donc non significatifs et non représentatifs de la société et des universités.

 Or, ce n'est pas le cas de la pensée issu de la bourgeoisie bien que restreinte dans la société et aujourd'hui dans les universités, elle est toujours hégémonique dans les universités et les sociétés en général.

Vous voyez maintenant comment l'encyclopédie de Diderot s'est vu être mis au bûcher et les communistes soviétiques révolutionnaires se sont fait exécuter dans les années 1930. Le fait et la raison pour lesquelles Diderot ne fût mis sur le bûcher eussent étés que l'administration religieuse commence à perdre de son pouvoir totalisant sur la noblesse et la haute bourgeoisie contrairement au temps de Giordano Bruno. Mais, ça n'empêche pas les bannissements.

« Le pourquoi » et « Le comment » : peut-être pas français mais...

Étant donné que "le commencement" et "l'origine" des choses sont pour la majorité des gens du pareil au même, j'emploie à la place dans les discussions "le pourquoi" et "le comment". Alors qu'est ce que le pourquoi et le comment ?

  • "Le pourquoi" des choses est le commencement de ces choses c'est à dire la manifestation spatiale et temporelle de la naissance de ces objets. C'est le commencement de toute pensée idéologique et théologique dans l'explication de l'histoire globale.
  • "Le comment" des choses est l'origine de ces choses c'est à dire les processus constitutifs expliquant l'apparition des objets. C'est l'origine de toute pensée scientifique dans la recherche historique et l'explication du mouvement des mondes (univers, terre, nature, société). Bien que le philosophe matérialiste n'a que faire du commencement, l'étude du comment des choses en science tend vers le pourquoi véritable ou authentique de la formation des choses c'est à dire vers la découverte du commencement scientifique, une date de naissance, une datation.